22 avril 2024

Je vous invite aujourd’hui à découvrir une maison champenoise, la Maison Devaux. Cette maison de l’Aube, jeune et centenaire à la fois, nous a montré l’étendue de sa gamme durant 2 jours bien instructifs, ainsi que les installations et quelques vignes d’où viennent leur production.

Champagne Devaux

Maison Devaux, à l’aube de l’Aube

La Maison Devaux, située à Bar-sur-Seine, a la particularité d’être à la fois une maison séculaire et assez neuve. L’histoire commence au milieu du 19ème siècle, qui verra les 2 frères Devaux créer leur marque champenoise, alors à Epernay. Ce n’est que bien plus tard, il n’y a pas si longtemps, que la Maison déménage d’Epernay à Bar-sur-Seine, au coeur de l’Aube parfois délaissée mais à l’énorme potentiel. Même si elle n’est pas exclusivement portée sur la Côte des Bars, la maison a néanmoins son coeur très aubois. Signe de l’ancrage « sudiste », le Manoir, étendard de la maison, a été récemment rénové avec beaucoup de goût. Le raffinement terrien s’y impose naturellement, dans les pierres et dans le vin. Dans cette maison, vous ne verrez pas de luxe ostentatoire. Mais une affirmation de soi, sans fausse modestie non plus.

le négoce moderne

Devaux n’est pas un récoltant-manipulant mais bien une maison de négoce. La grande différence est qu’ils ne possèdent pas de vignes de manière directe mais font appel à des achats de raisin.  Néanmoins, dans un souci de raisins plus mûrs et sains, et de vin de meilleure qualité, toutes les étapes sont maintenant revues et processées pour arriver à établir une qualité supérieure et stable.

le raisin des vendanges

Le lien viticulture

Les viticulteurs en contrats (tacitement à long terme) avec la maison voient ainsi une série de demandes spécifiques pour toutes les cuvées supérieures : de l’emplacement de la vigne jusqu’à la récolte, les étapes ont été revues. Ainsi, les engrais sont bio et limités, les vendangeurs sont payés à l’heure et non au kilo, le raisin est trié pour enlever un maximum de pourris et de pas mûr. Enfin, et c’est bien en Champagne, les rendements sont « limités » par rapport aux normes régionales.

READ  Poitrine de Poulet noir mi-figue mi-raisin

Technologie champenoise

Dans les maisons importante, la cuverie est toujours impressionnante, que ce soit par la taille ou par l’organisation. Ici aussi, la taille est grande et l’organisation millimétrée. Entre les pressoirs pneumatiques, les cuves énormes (210 hecto!) et celles plus petites pour les cuvées haute couture, tout est parfaitement ordonné. Spécialité de l’Aube, le Pinot noir voit ici son terrain de jeu de prédilection ainsi que ses acteurs de talent.

Sténopé

La dernière née de la maison, qui s’inscrit dans la lignée des cuvées d’exception de Champagne, est la cuvée Sténopé.  Créée en partenariat avec Michel Chapoutier, elle se veut le reflet du millésime, sous le prisme de la Maison Devaux. Cette création est je pense une belle vision du luxe : de la bulle à l’écrin, tout y est travaillé avec soin et envie de montrer le meilleur de son savoir-faire. Le risque dans la volonté d’impressionner est de perdre son identité, et je pense qu’il a été évité ici. D’abord, par le packaging, très luxueux mais qui a le bon goût de la sobriété (avec quelques touches chères à Mr Chapoutier, comme l’écriture braille), par la bouteille à la forme tendue sans dureté, mais également par le vin en lui-même. Conforme au style maison, cette cuvée est composée de Pinot Noir et de Chardonnay.

Sténopé 2009 cop. Devaux

Ce Sténopé 2009 est très bon. Vinifié et élevé sous bois, il intègre parfaitement ce dernier qui ne domine pas. Petite anecdote, les tonneliers choisis sont tous champenois!  Les nombreuses années de vieillissement sur latte (le 2009 sort maintenant) jouent également à l’intégration de ce dernier. Le nez est assez délicat, floral/herbeux. La bulle est vraiment adorable : crémeuse, finement présente sans être envahissante, elle marque sa présence directe. Le vin, lui, évolue bien dans le verre pour passer d’une aromatique plus serrée (grillée /  citronnée) vers les évolutions plus riches de celles-ci. Des notes de pain grillé, de zeste confit, mais aussi d’épices, dominent, tandis que la fin de bouche est reprise par la fraîcheur et fait que ce Champagne brut laisse une belle et nette impression en bouche.

READ  Poitrine de Poulet noir mi-figue mi-raisin

La Collection D

Sténopé ne représente qu’une infime partie de la production de la maison.  Entre  le Sténopé et les BSA (Brut Sans Année), il y a la « Collection D », qui représente au mieux la diversité du Savoir-faire maison. Le millésimé de Sténopé est une exception, et pour les D on reparle en années de vieillissement  et non millésime. Les « D » quels qu’ils soient sont maturés 5ans.

L’ultra D de la maison Devaux

La collection D se décline en 3 créations (4 avant que la cuvée Sténopé ne voit le jour). La Cuvée D, la D rosé ainsi que l’ultra D. J’ai eu l’occasion de les gouter en condition de repas, tout comme en condition de dégustation, ce qui est très intéressant. La collection D veut également, dans une optique plus traditionnelle, garder une constance entre les millésimes, là où Sténopé s’inscrit dans une transcription du millésime.

Cuvée D

La cuvée Brut du domaine. Le nez est sur la fleur de sureau, un peu sur le fruit blanc aussi. En bouche, je retrouve une bulle crémeuse, un peu plus puissante, avec un touché de bouche assez large, et une finale qui termine sur un petit amer, dans une longueur agréable. Un vin que je verrais bien à table, sur un plat légèrement crémé.

D Rosé

Cette cuvée, brute, est basée sur 10% de vin vinifié en rouge et donne une couleur saumonée claire assez jolie. Elle met en avant une fraîcheur certaine et une acidité bien intégrée qui donne du volume au vin.Le nez est interpellant et donne un coté fleurs plus « ancien » et capiteux, tandis que la bouche offre des arômes qui varient entre l’orange et la feuille de cassis, avec une pointe tannique bien agréable. Un beau vin qui pourrait aller sur certaines viandes.

vue du village depuis une parcelle

Ultra D

La cuvée extra-brut du domaine, est aussi une de mes préférées. Je sais que l’extra-brut peut rimer avec extra-maigre, mais si le vin a une droiture certaine, je trouve que cette acidité droite ne tombe jamais dans la dureté. L’aromatique basée sur le citronné offre une approche vers les herbes sauvages. Un compagnon y voyait de la gentiane, ce que je trouve assez vrai, comme pour donner de l’amertume terrienne mais qui plaît aux gens tels moi. Il est à noter que ce vin n’a pour un tiers pas fait de malo.

READ  Poitrine de Poulet noir mi-figue mi-raisin

Le pigeonnier de la Maison Devaux

Quelques dégustations

Déguster les vins jeunes est une chose, mais c’est dans la diversité de leur vie qu’on gagne une vue d’ensemble d’une maison, aussi voici quelques autres cuvées plus ou moins jeunes du domaine que j’ai pu déguster.

D millésimé 2008

Ce 2008 encore bien jeune a un nez à l’ouverture encore fermé. Le grillé frais est assez agréable, avec des notes de citrons assez aromatiques (entre pamplemousse et bergamote en zeste). Vin encore un peu serré, mais le strict de cette cuvée s’attendrit avec le temps.

D millésimé 2000

Une couleur or assez légère, ce vin a été dégorgé tardivement. Le nez est très légèrement sur l’oxydatif, sans être prédominant, avec du fruit blanc type pêche. La bouche reste très dynamique, fraîche, avec toujours la droiture des vins plus jeunes. La bulle est un chouïa dure si on veut chipoter.

D millésimé 2002

Vin puissant, vineux. L’oxydatif est assez présent mais s’intègre dans la puissance du vin de très belle manière. En bouche, la rondeur domine, avec une bulle crémeuse à souhait, et une acidité qui va au mieux. J’y trouve d’ailleurs pas mal de complexité, et toujours des touches de groseille, groseille à maquereau, et une belle longueur. Très très  bon.

D millésimé 1996

On entre dans l’ère des vieux vins avec ce Champagne de 20ans. Certes, on est sur quelques arômes de sous-bois qui vont avec, mais le triangle acide-richesse-amertume est au mieux. Une longueur vénérable, des arômes justes, du plaisir et du respect. C’est ça le vin.

Coteaux Champenois 2003

Ce vin rouge tranquille montre ce que la région peut produire, en plus dans des années exceptionnelles, comme rouge. Nez un peu fumé profond, bouche acidulée toujours avec une certain profondeur et fruits noirs, fraîcheur en fin de bouche, c’était bien bien agréable.

Le rouge de la Maison Devaux